Florence a retrouvé le sourire après son DIEP en 2017

 

Je m’appelle Florence, j’ai eu un premier cancer du sein hormono-dépendant, à l’âge de 40 ans. Tumorectomie, curage axillaire en deux temps, chimiothérapie et radiothérapie.

Et puis dix ans après, a l’âge de 50 ans j’ai récidivé sur le même sein... cancer multi focale : donc il fallait envisager la mastectomie sans autre choix.

C’est fin août que j’ai été opérée avec reconstruction immédiate par prothèse (j’apprendrais ensuite qu’une prothèse ne tient jamais après une radiothérapie même ancienne ) pourtant trois chirurgiens me l’avaient proposée.  Résultat horrible, très douloureux... et au bout de trois semaines exposition de la prothèse et infection.

Retour au bloc en urgence... et là, le choc !!! C’était un désastre ...  un massacre.

Je n’en dirais pas plus.

Je revois ce chirurgien qui me dit faites 8 mois de LPG, et on se revoit dans un an.

Ce n’était pas possible d’attendre et de rester comme ça.  Et puis je n’avais plus du tout confiance en lui. J’ai commencé à chercher sur internet des explications sur les différentes méthodes de reconstruction et je suis tombée sur l’interview du professeur L et là, c’est devenu une évidence. Ma seule et unique solution était le diep.

Je découvrais que le professeur L pour qui j’ai un énorme respect était très impliqué dans la reconstruction des femmes et l’en remercie très sincèrement.

Étant passionnée par les innovations thérapeutiques, je connaissais les premières mondiales de greffes de visages réalisées par le professeur L et j’étais déjà totalement admirative de son travail.

Je suis donc venue à une réunion de l’association R.S. DIEP à l’hôpital Pompidou et je remercie les bénévoles pour leurs réponses mais aussi d’accepter de montrer leurs cicatrices et le résultat final. Je suis allée directement prendre rendez-vous avec le professeur L. J’ai eu une date opératoire pour le mois de mars 2017 et nous étions à l’automne 2016.

J’ai vécu ces mois d’attente comme dans un brouillard... comme si j’étais à côté de ma vie. Je ne supportais pas ce sein en plastique. Je ne supportais pas mon image dans le miroir. Je mettais mes pulls à l’envers pour être sûre de ne pas montrer mon décolleté.

Je n’avais pas d’appréhension avant l’opération car je savais que c’était ce qui allait me permettre de me reconstruire physiquement et psychologiquement. Et puis aussi que j’avais une confiance aveugle dans mon chirurgien.

Le jour de l’opération est arrivé. Le diep a été un succès. Entourée par une équipe formidable à l’hôpital.

En ce qui concerne la récupération, ça a été très vite. La douleur est complément jugulée. Les deux ou trois premiers jours sont un peu difficiles pour se mouvoir mais rien à voir avec ce que j’avais pu lire.

Au bout d’une semaine je suis sortie de l’hôpital. Et au bout de trois semaines à peine je reprenais l’intégralité de mes activités.

Voilà, cette opération m’a permis de retrouver le sourire, de revivre et même de renaître.

J’espère que mon témoignage vous aidera à franchir le pas de la reconstruction sereinement.

J’ai été opérée en mars 2017 par le professeur L.

Florence – Mai 2018