TĂ©moignage de F. en 2011

 

Le DIEP, une révélation pour F.

Témoignage de F, qui habite le sud de la France, opérée par DIEP en septembre 2011.
Que de chemin parcouru depuis ma mastectomie en janvier 2010…Chaque étape est une victoire mais je savais dès le départ que je ferai dès que possible une reconstruction mammaire, la radiothérapie obligeant à patienter davantage pour que le résultat esthétique soit meilleur à cause de l’altération de la peau et des tissus.
En attendant, j'ai porté une prothèse externe et changé ma garde-robe, surtout pour les hauts décolletés.
J’avais déjà opté pour le lambeau du grand dorsal. En mai 2010 de façon fortuite, j’ai vu le reportage sur France 5 et découvert la technique de reconstruction par DIEP ainsi que le témoignage d’Ester Lynne. Cela a été une révélation et une évidence pour moi : je veux être reconstruite par DIEP. De plus, ma morphologie est idéale pour cette intervention car j’ai toujours eu un petit (…gros) bourrelet au ventre, je fais du 95B. A cette époque, je suis encore sous chimio mais je me projette dans l’avenir. J’ai pris contact avec l’association pour avoir des précisions, j’ai fait des recherches sur internet…Je suis de plus en plus convaincue. Toujours par le biais de l’association, j’ai ensuite rencontré dans mon département une femme déjà « dieppée » depuis une année. Elle m’a raconté son expérience, m’a fait voir sa reconstruction, m’a permis de la toucher. C’était une après-midi inoubliable, le résultat était bluffant. Il n’y a aucune équivoque, ce sera le DIEP, et ce sera à Paris. J’ai tous les éléments en main pour commencer l’organisation du projet mais suis fatiguée à cause des traitements et diffère ma prise de rendez-vous avec le chirurgien. C’est en fait une période où j’aurais dû gagner un peu de temps car je n’avais pas anticipé la problématique de disponibilité du chirurgien même en consultation privée… J’ai appelé en novembre 2010 et obtenu un rendez-vous en février 2011 pour une date opératoire en septembre 2011 ; en août j’ai passé une journée en externe à l’hôpital pour faire un examen radiologique (angio-scanner), rencontrer l’anesthésiste et de nouveau le chirurgien. A posteriori je me dis que ce temps a été nécessaire pour être en forme pour la chirurgie, d’autant plus que je devais faire les allers/retours Paris/le sud.
La technique du DIEP est une chirurgie qui est un peu plus « lourde » que les autres techniques. C’est aussi un paramètre à prendre en compte, car on est focalisée sur le sein, mais on est aussi opérée d’une abdominoplastie en même temps.
Ça y est ! Le jour tant attendu est arrivé, je suis contente de partir au bloc, puis de me réveiller avec mon tété tout neuf ! J’imagine que quelle que soit la technique de reconstruction, on est contente en se réveillant. J’ai réfléchi à ce paramètre et me suis interrogée sur le DIEP… Ce sentiment d’appartenance du sein, de réappropriation de mon image corporelle, présent dès le début, est flagrant. Dans l’immédiat il y a certes les cicatrices mais quand je le regarde, quand je le touche, et surtout quand je le compare avec l’autre, c’est comme si à chaque fois je me réveillais d’un mauvais rêve. C’est presque magique. Allongée sur le lit, une main sur chaque sein, il n’y a quasiment pas de différence de forme, de volume, de texture (il faut trois mois au moins pour que la greffe soit complètement à sa place et que l’œdème se résorbe). Quel bonheur d'enfiler un T-shirt et de s'habiller sans se poser de question, même sans soutien- gorge !
Je suis maintenant à plus d’un mois de l’intervention et bientôt j’aurai une date pour la deuxième partie de la reconstruction, pour les finitions (plaque aréolo-mamelonnaire et symétrisation – phase qui existe quelle que soit la technique, sauf pour les femmes qui se font tatouer). Ma morphologie a aussi été respectée pour l’abdominoplastie, et je suis contente du résultat.
Tout s’est passé comme prévu car j’étais préparée, je n’avais pas d’inconnue ni d’incertitude, mais une conviction : celle d’avoir fait le bon choix pour moi.
La juste information est primordiale pour faire notre choix, celui qui nous correspond le mieux, quelle que soit la technique, pour enfin passer à autre chose…

Merci à F. pour son témoignage.

Octobre 2011