TĂ©moignage de F. en 2012

 

Son DIEP a été sauvé par les sangsues

MĂŞme Ă  67 ans, une reconstruction par DIEP est possible.

Mars 2010 : suite à une mammographie suspecte, j’enchaîne échographie, biopsie. Le verdict tombe comme un couperet « cancer ».
Première intervention, enlever la tumeur. Deux semaines plus tard, aggravation, il faut faire l’ablation totale du sein.
Je découvre avec l’infirmière mon corps mutilé. Ce fut un choc indescriptible…… Je n’avais qu’une idée : la reconstruction. Mais quelles sont les différentes techniques ? Je ne connaissais rien. Le chirurgien ne m’a donné aucune piste.
Au pôle de cancérologie de ma région et de l’ERI, je cherche. J’assiste dans le cadre d’octobre rose à tous les forums. Comme je ne veux pas de corps étranger, je décide d’approfondir la technique du DIEP.
Je contacte l’association www.diep-asso.fr. La secrétaire Christine, répond à toutes mes questions. Je la remercie pour sa disponibilité, son écoute et son humanisme. Nous sommes tellement vulnérables dans ces moments difficiles.
J’ai rencontré une femme reconstruite par DIEP, le résultat est incroyable de nature !
C’est décidé, j’opte pour le DIEP. Je prends rendez-vous avec le Pr. L qui a introduit cette technique en France. J’ai la morphologie pour. Opération fixée.
Entre temps, je fais un infarctus, il faut retarder l’intervention.
Déception….
Un an après, j’ai le feu vert. L’opération terminée, je remonte dans ma chambre le deuxième jour. Je suis fatiguée mais je ne souffre pas.
Surveillance constante du lambeau greffé. Médecins, infirmières sont à l’écoute.
Problème….une partie du lambeau se thrombose…. Inquiétude des médecins.
Recours aux sangsues pour vasculariser la partie en souffrance. Ce n’est pas très agréable…. Je suis angoissée, cela va-t-il fonctionner ? J’ai tant attendu ce moment.
Au bout de trois jours, les sangsues ont fait du bon travail…. La greffe est sauvée. Merci.
Je suis fatiguée, il me faut une transfusion.
La première fois où j’ai découvert et touché « mon nouveau sein », cela a été un grand bonheur. C’est très naturel. Enfin plus de vide, je retrouve l’équilibre de mon corps. Plus de prothèse dans le soutien-gorge. Je retrouve ma féminité.
Le ventre est plat. C’est merveilleux.
Cette intervention est un peu lourde mais elle vaut la peine.
Si vous faites ce choix, il faut rencontrer des femmes opérées pour parler, voir, être bien préparée au DIEP.
Encore une étape pour la reconstruction de la plaque aréolo mamelonnaire et la symétrisation.
Merci au Pr. L, chirurgien passionné qui recherche et étudie pour rendre la vie supportable à des hommes et des femmes cruellement frappés dans leur chair.

Merci Ă  F., novembre 2012