Témoignage de Jacqueline après une reconstruction par grand dorsal en octobre

 

 

J’ai appris le 7 octobre 2015, à l’âge de 65 ans, que j’étais atteinte d’un carcinome lobulaire invasif multifocal au sein droit, tumeur mesurant 7,5 cm avec 4 ganglions envahis sur 11 prélevés. Suite à ce diagnostic qui m’a été annoncé plus que brutalement et sans ménagement, j’ai donc été opérée le 2 décembre 2015 d’une mastectomie totale du sein droit.

 
Dans un premier temps, j’étais vraiment heureuse d’être débarrassée de ce maudit crabe. Ensuite les traitements lourds sont arrivés avec 6 séances de chimiothérapie suivies de 20 séances de radiothérapie.
 
A l’époque je n’envisageais pas la reconstruction mammaire. Mon corps était meurtri et affaibli par ces traitements lourds qui se sont terminés fin avril 2016.
 
Je me contentais de ma prothèse mammaire. J’avais enfermé ce corps mutilé dans une chrysalide et chaque jour je détournais le regard du miroir de la salle de bains : j’avais perdu toute ma féminité, j’avais le coeur gros quand je passais devant les rayons lingerie, devant me contenter de mes soutiens-gorge adaptés aux prothèses avec leur larges bretelles pas trés esthétiques.
 
Puis fin octobre 2016, je suis allée faire une cure à L. Cette cure m’a fait le plus grand bien : bains bouillonnants, jets d’eau thermale, massages de la cicatrice qui s’est affinée, adhérences qui se sont décollées.
 
Puis lors de ma cure il y a eu une conférence sur la reconstruction mammaire. Il me tardait d’assister à cette conférence, le moment était peut être arrivé de savoir si j’envisageais ou pas de faire une reconstruction mammaire : très grosse opération à mes yeux et sortie depuis peu de ces lourds traitements, je n’envisageais pas de repasser en salle d’opération ayant eu ma dose de souffrance !
 
J’ai donc assisté en premier lieu à une réunion sur les différentes reconstructions mammaires. Les explications très claires et détaillées furent données par Françoise. de l’association R.S. DIEP. Dès le lendemain, j’ai rencontré personnellement Françoise qui avait animé cette réunion. Après avoir été reçue très chaleureusement et après avoir longuement discuté sur la méthode de reconstruction par le DIEP, j’ai pu constater ce résultat incroyable, bluffant puisque Françoise avait elle même subit cette intervention. Cela m’a donné plus qu’envie de retrouver ma féminité d’avant !
 
Puis vint la conférence organisée par l'association R.S. DIEP et animée par un grand chirurgien plasticien de Clamart. Ses nombreuses explications claires, précises avec photos des différentes méthodes de reconstruction mammaire projetées sur écran (avant et après intervention) m’ont de suite confortées et c’est ce jour là que j’ai pris la décision de me faire reconstruire : c’était vraiment trop tentant !
 
Après avoir été reçue en consultation avec ce grand chirurgien plasticien très professionnel et très humain, à l’écoute de mes attentes et de mes craintes et après avoir suivi ses précieux conseils, je me suis fait opérée le 18 octobre 2017 par la méthode du grand dorsal puisque je suis toute menue et que je n’ai pas de graisse dans le ventre. Je partais en toute confiance, je n’avais aucune crainte ayant trouvé LA bonne personne.
 
Quel bonheur quant au réveil j’ai approché tout doucement la main vers ce lambeau : j’étais curieuse de sentir sa présence ! J’ai tout d’abord été émerveillée par sa douceur puis sa chaleur et sa rondeur. Ce nouveau sein je l’ai adopté de suite, il faisait parti de moi, il était à moi, vivant, faisant partie intégrante de mon corps. Je me suis sentie revivre, j’avais enfin retrouvé ma féminité. Je n’avais qu’une chose en tête celle de protéger ce nouveau sein comme on protège un enfant qui vient de naître. Moi qui avait été recroquevillée depuis presque 2 ans dans cette chrysalide, ce jour là, j’ai déployé mes ailes tel un papillon, ouvrant avec fierté ma cage thoracique, respirant la vie à plein poumon : moment magique, une véritable Renaissance !
 
Je tiens à remercier ce merveilleux chirurgien plasticien de Clamart d’avoir participé à cette renaissance ainsi que Françoise de l’association DIEP et B. qui m’a mise en relation avec Françoise.
 
Le résultat, bien que je doive encore attendre 6 mois pour que le lambeau prenne sa place définitive, est déjà plus que satisfaisant et c’est avec grand plaisir que je finaliserai cette reconstruction d’ici quelques mois (aréole et mamelon).
 

3 jours après ma sortie de l’hôpital, j’allais à un repas dansant : j’étais épanouie et heureuse !
 
Dans une quinzaine de jour, je reprendrai avec grand plaisir les marches nordiques que je pratique en groupe depuis 7 ans à raison de 3 séances par semaine.
 
J’ai des ailes, la vie est belle, je la croque à pleines dents !
 
Jacqueline M.

DĂ©cembre 2017